logo SVS
Société vaudoise
de sylviculture

Sentier de la Joux Verte juin 2015

Chaque année, la Société Vaudoise de Sylviculture (SVS) organise une sortie d’une journée pour ses membres dans le Canton de Vaud. En 2015, il s’agissait d’aller découvrir le sentier de la Joux Verte et son barrage écluse, sur les hauts de Corbeyrier, puis, après une halte de midi bienvenue, de visiter la scierie nouvellement équipée du groupement forestier des Agittes.

Le sentier de la Joux Verte, un projet soutenu par la SVS

En 2012, la SVS a reçu une demande de sponsoring de la part du comité directeur du groupement forestier des Agittes. En effet, ces derniers souhaitaient valoriser le patrimoine historique du domaine forestier de la Joux Verte, située sur les communes de Corbeyrier, Roche et Villeneuve, dans la Vallée de l’Hongrin. Il s’agissait de mettre en place un sentier découverte, qui permettrait au public de découvrir les vestiges historiques de la vallée. Le projet paraissant de grand intérêt, une somme de 2'000 frs leur a été octroyée. Ce projet avait d’ailleurs été primé lors du 100ème anniversaire des Retraites Populaires en 2011.

Le sentier, son barrage écluse et sa passerelle

Le sentier de la Joux Verte a donc comme but de faire découvrir le patrimoine historique et forestier de la région. Lors de notre visite, nous avons suivi le sentier depuis son point de départ jusqu’au barrage historique, en saluant au passage l’arbre président de la forêt, un sapin majestueux de près de 250 ans. Après un dernier virage, il est possible d’admirer le barrage écluse, premier barrage voûte d’Europe, construit en 1695. Cette écluse servait à amener le bois-énergie sous forme de troncs à Roche, situé en bas de la vallée. Les troncs étaient amassés derrière l’écluse et, une fois le barrage plein, l’eau était libérée, emportant les troncs, qui étaient alors récupérés là où était leur utilité.

Surplombant les vestiges du barrage écluse, une passerelle en mélèze brut indigène a été érigée au-dessus de l’Eau Froide, rivière maintenant devenue célèbre. La passerelle a été conçue par le bureau d’architecte B+W architecture SA. Toute la partie génie civile a été réalisée par les entreprises Gianinetti SA et DIC Ingénieurs SA. La partie « bois » a entièrement été fabriquée par le personnel du groupement forestier dans la scierie de Corbeyrier. Même si le bois utilisé a une durée de vie d’une vingtaine d’année, la passerelle est prévue pour durer plus longtemps, grâce à un système permettant le remplacement des éléments en bois. Impressionnant !
Pour visionner le film décrivant l’élaboration de la passerelle : www.agittes.ch. Vous trouverez également sur ce site d’autres informations sur les activités du groupement forestier des Agittes et sur la scierie de Corbeyrier, brièvement décrite ci-dessous.

La scierie de Corbeyrier

La scierie de Corbeyrier était bien sûr déjà existante avant l’aménagement du sentier de la Joux Verte et de sa passerelle en bois. Néanmoins, la construction de cette dernière a été une occasion pour la scierie de se munir d’une scie flambante neuve, capable de scier des troncs jusqu’à 10 m de longueur et 1 m de diamètre. Elle est maniée avec succès par les employés du groupement. Outre la fabrication de la passerelle, la scie est aujourd’hui bien utilisée et vise à apporter une plus value au bois exploité dans la région. Son seuil de rentabilité est d’environ 500 m3 bruts par année, dont le 40 % est du sous produit déchiqueté. Le groupement forestier des Agittes vise la rentabilité de la scierie dès 2016 déjà. Nous leur souhaitons plein succès !

Galerie